Moop

Issu de l’union imaginaire entre Naked City de John Zorn et DPZ de Thomas de Pourquery, le Moop est un drôle d’animal. Mélangeant la lourdeur du métal aux improvisations du jazz contemporain, MOOP joue une musique singulière, puissante, pleine de ruptures mais aussi contemplative et poétique.

Il frappe et beugle un « brutal jazz » hybride à la rythmique complexe. La présence musclée du saxophone baryton appuie les égarements lucides d’une guitare qui n’est pas sans rappeler les obsessions d’un Fripp.

Inspiration métallique, souffles rauques et gémissants sont les générateurs de l’énergie qui anime ces musiciens. Et à eux trois, ils insufflent la vie à un être qui prend forme, comme venu des confins des temps, paléolithique et cyborg à la fois, mais bien présent dans l’instantané de l’improvisation.

Erwin Toul – Batterie
Julien Coupet – Guitare électrique
William Brandy – Saxophone baryton